MESSAGES

 

 

*    23 avril 2006 :

Te voilà reparti sur les Chemins pour "semer" comme tu le dis si bien.

Et oui, les greffés et transplantés ne sont plus des malades. Je serai tentée de dire : "il faut le voir pour le croire." Mais, ça ne se voit pas. A moins d'être dans la "confidence", ce n'est pas écrit sur leurs fronts. Et pourtant, ces personnes, condamnées à un temps T, revivent parce que d'autres ont pris la bonne décision : Donner, donner pour que d'autres vivent. 

Difficile d'aborder ce sujet : le don d'organes. Et pourtant, il faut en parler. Parce que c'est un choix individuel et important, il faut se positionner et le faire savoir, pour gagner du temps et ne pas mettre les proches dans l'embarras.

C'est le message que tu veux faire passer, ce pourquoi tu milites depuis des années.

Cette fois, tu as été plus qu'écouté, tu as été entendu. Les Associations sont là, près de toi, sur le même Chemin, pour le même combat, le combat pour la Vie.

Il serait difficile de ne pas être fière de toi, difficile de ne pas se sentir concernée. Comme il y a 2 ans, je reprends du service (service que je n'ai pas vraiment cessé). Je serai le trait d'union entre les personnes désireuses de te contacter et toi. Je ferai vivre ce site pour que ceux qui le souhaitent puissent te suivre. Je serai avec toi par la pensée puisque je ne pourrai pas m'accrocher à ton sac comme je l'ai fait il y a 2 ans.

Que ton message devienne celui de beaucoup d'autres...

Je t’embrasse

Ta fille aînée

 

*      25 avril 2006 :

 

Bonjour Compagnon,

Comme en 2004 tu as repris la route et comme en 2004 je compte cheminer avec toi pendant quelques jours lors de ton passage à Bayonne. Ta démarche doit permettre l'information et l'adhésion à la solidarité de chacun de nous à l'engagement qui permet de sauver des vies. Avec un ami j'exprime mon espoir mais aussi ma colère et nous pensons travailler sur un projet de dépliant pour tenter de sensibiliser les donneurs potentiels qui sont aussi les receveurs de demain. Dans quelques semaines les hommes et les femmes politiques de notre pays réputés pour leur sens de responsabilité vont présenter leurs programmes. La diffusion de ce dépliant au niveau national serait souhaitable mais seront-ils suffisamment responsables pour s'engager à leur tour, l'avenir nous le dira. Ce projet brut de décoffrage je le livre à tes lecteurs, je sais déjà que tu en partage l'essentiel... Franciscum, Labenne le 25/04/06

 

POUR QUE LA VIE TRIOMPHE DE LA MORT.

DROITS ET DEVOIRS DE CHACUN D’ENTRE-NOUS

 

NOUS DEVONS AVOIR DROIT :

 

1.      AU GESTE QUI SAUVE PRATIQUE PAR UN SECOURISTE OU PAR UN PROFESSIONNEL DE SANTE, PAR CELUI QUI SERA LA AU MOMENT OU NOUS EN AURONS BESOIN.

2.      A LA TRANSFUSION SANGUINE SANS LAQUELLE NOTRE VIE S’ECHAPPERA.

3.      A LA GREFFE D’ORGANE QUI FERA REPARTIR LA MACHINE OU NOUS EMPECHERA DE REJOINDRE LA GRANDE FAMILLE DES HANDICAPES.

 

POUR QUE CE DROIT EXISTE NOUS AVONS LE DEVOIR :

 

1.      D’APPRENDRE LE GESTE QUI SAUVE.

Cela est possible en quelques heures. Il suffit de s’inscrire auprès d’un organisme comme La Protection Civile, Les Pompiers, La Croix Rouge...

Et pourquoi pas devenir soi-même un secouriste.

2.      DE DONNER SON SANG OU SES PLAQUETTES.

En contactant l’Etablissement Français du Sang le plus proche de votre domicile. Avant chaque don vous remplirez un questionnaire et un médecin prendra la décision d’accepter ou de refuser votre don. Un refus provisoire ou définitif vous sera expliqué si les conditions remplies ne correspondent pas aux principes de précautions indispensables à la protection du receveur qui peut être demain  vous-même.

3.      DE REMPLIR UNE CARTE

Distribuée par l’Etablissement Français des Greffes et par les Associations départementales de France ADOT. Appel gratuit pour obtenir cette carte au 0 800 20 22 24 (mais également pour pouvoir s’inscrire au registre national des refus afin que le choix de chaque individu soit respecté).

Cette carte est disponible également dans les hôpitaux et dans certaines pharmacies.

 

DROIT  =  DEVOIR  >>>  ET LA VIE CONTINUE